jeudi 17 mai 2018

POLITIQUE CHEZ SALAME/FR-2, CE SOIR : ATTENTION A JLM, LE PREMIER A 20 H 55.

«L’Émission politique» cherche un nouveau souffle

>TV & Médias|Benoît Daragon| 17 mai 2018, 12h28 |0
Léa Salamé présentera l’ultime épisode de cette saison, consacré au bilan de la première année du quinquennat d’Emmanuel Macron. FTV/Nathalie Guyon

Le rendez-vous de France 2 achève ce jeudi une saison en demi-teinte et devrait être remodelé à la rentrée.

Une belle affiche pour finir la saison. Ce jeudi à 20h55, sur France 2, les chefs des 5 principaux partis politiques sont attendus sur le plateau de France 2 pour analyser la première année de quinquennat d’Emmanuel Macron.
Ils défileront l’un après l’autre puisque Christophe Castaner a refusé de débattre avec ses adversaires politiques, tout comme Jean-Luc Mélenchon, de retour face à Léa Salamé six mois après avoir sévèrement dénoncé l’émission qui lui avait été consacrée : « Deux heures de pièges à deux balles, de mensonges et d’abus de pouvoir médiatique, au lieu de la belle soirée de réflexion politique à laquelle j’avais naïvement cru. »
C’est pourtant lui que le tirage au sort a désigné pour ouvrir l’émission de ce jeudi soir. Il sera suivi dans l’ordre par Laurent Wauquiez (LR), Christophe Castaner (LREM), Olivier Faure (PS) et Marine Le Pen (FN) clôturera l’émission. Tous seront interrogés pendant une quinzaine de minutes par Léa Salamé et François Lenglet, puis interpellés par un intellectuel. Ils auront le droit à une carte blanche et pourront présenter un objet symbolisant pour eux la première année du quinquennat.

«On savait que ce serait dur»

Ce débat impossible vient conclure une saison difficile pour la grande émission politique du service public. A part le lancement avec le Premier ministre Édouard Philippe, les audiences ont été très faibles avec seulement 1,4 million de téléspectateurs pour le dernier numéro autour de Gérald Darmanin (6,3 % de PDA). « Les audiences ne sont pas tout, s’agace Léa Salamé. L’impact d’un passage dans l’émission reste très fort. Laurent Wauquiez a fait certes 1,5 million mais il a pris 20 points dans les sondages dans les jours qui ont suivi. »
Néanmoins, France Télévisions veut faire évoluer le programme. Mais son existence n’est pas menacée. « On savait que ce serait dur cette année : on est terrassé par le renouvellement de la classe politique. Les Français connaissent peu les ministres. Mais c’est l’honneur du service public de proposer cette émission. Et on se doit d’être là pour la campagne des Européennes », assure la journaliste. Tout sera décidé début juin lors d’un séminaire de travail. Une des pistes est d’amplifier la partie débat. A condition que les politiques acceptent de jouer le jeu.